29 C
France
lundi, septembre 27, 2021
More

    Derniers articles

    5 étapes clés avant de vous lancer dans les travaux

    Le mot d’ordre avant d’entamer de grands travaux pour améliorer la performance énergétique de votre logement ? Procéder avec méthode, sans brûler les étapes. La marche à suivre.

    1- Vous faire accompagner

    Pour réussir une rénovation énergétique, être bien conseillé demeure absolument primordial. Alors, à qui vous adresser ? Idéalement, contactez des professionnels du secteur (bâtiment, énergie…) et des structures indépendantes des lobbys. Ça tombe bien, l’État a développé un service public d’aide et d’accompagnement à la rénovation énergétique baptisé Faire (accessible sur Faire.gouv.fr ou au 0 808 800 700, prix d’un appel local). Des conseillers, présents sur tout le territoire, vous renseignent gratuitement et sont joignables lors de toutes les phases de votre projet. En amont, en s’appuyant sur les spécificités de votre logement (année de construction, matériaux, équipements…) et vos factures d’énergie, ces spécialistes préconisent les travaux nécessaires pour améliorer le niveau de performance énergétique de votre bien et vous informent sur toutes les aides auxquelles vous pouvez prétendre. Ils vous fournissent aussi une liste des artisans de proximité certifiés Reconnus garants de l’environnement.
    Autres portes auxquelles frapper : les organismes publics et privés spécialisés dans le conseil à la rénovation énergétique. Outre un accompagnement complet (technique et financier), leur démarche vise à élever le niveau de performance du logement à celui d’un bâtiment basse consommation (BBC) grâce à une série d’interventions coordonnées d’artisans. À la clé : une maison saine, confortable et économe, avec des factures d’énergie divisées par quatre, et même jusqu’à huit ! Quelques contacts : Oktave dans la région Grand Est, en collaboration avec l’Agence de la transition écologique (Ademe) ; l’opérateur privé Dorémi (qui a noué des accords avec de nombreuses collectivités) ; la Région Normandie via son Chèque éco-énergie ; le programme Eilogis en Région Bourgogne- Franche-Comté ; Tinergie Brest avec Brest Métropole… Une solution complémentaire si la rénovation envisagée intègre, par exemple, une extension, la transformation d’un garage en pièce à vivre ou la création d’une véranda : recourir à un architecte pour intervenir lors de la phase préparatoire (comptez environ 2 000 euros pour une étude simple) et le suivi du chantier (pour 10 à 15 % du montant des travaux). Renseignements sur Architectes-pour-tous.fr.

    2- Demander un diagnostic sur mesure

    Vous pensez que pour réaliser des économies d’énergie, il vous suit de changer toutes vos fenêtres ou votre chaudière ?
    Cette croyance très répandue est trompeuse! Les principales sources de déperdition d’énergie d’une maison se situent ailleurs.
    Dans l’ordre, il est recommandé de commencer par isoler votre toit et vos murs, puis de veiller à ce que l’air soit bien renouvelé et les fuites, colmatées. Voilà pourquoi il ne faut pas sauter l’étape incontournable d’un diagnostic préalable.
    Dans l’idéal, ce que l’on appelle dans le jargon un état des lieux architectural et technique, ou Elat, devrait être effectué avant d’engager les moindres travaux. Il consiste en la venue simultanée de plusieurs artisans spécialisés. Chacun identifie tous les points singuliers et les problèmes potentiels (remontée d’humidité, électricité pas aux normes, toiture qui fuit…) nécessitant une intervention. Les travaux doivent aussi tenir compte de vos envies et de vos besoins.
    Avantage de cette évaluation : les professionnels coordonnent ainsi leurs interventions à chaque étape du chantier.
    Autre possibilité : faire appel à un diagnostiqueur spécialisé, afin qu’il réalise un audit énergétique de votre logement et formule des propositions de travaux. Tablez sur un coût allant jusqu’à 1 000 euros. À noter : si vous choisissez un professionnel certifié RGE études (vous trouverez la liste sur le site Faire.gouv.fr) pour effectuer cet audit, vous pouvez demander l’aide d’État MaPrimeRenov’ qui couvre jusqu’à la moitié de l’intervention du professionnel selon votre niveau de revenus.

    3- Chiffrer votre reste à charge

    Les travaux de rénovation énergétique peuvent atteindre des dizaines de milliers d’euros. Comptez au moins 50 000 euros pour une rénovation globale performante, permettant à l’habitation d’atteindre le niveau bâtiment basse consommation. Un budget important, susceptible d’être très largement subventionné, mais nécessitant de bien connaître toutes les ressources à mobiliser. Problème : si les aides sont nombreuses, certaines demeurent méconnues, et toutes ne financent pas les mêmes opérations.
    Par ailleurs, les démarches à accomplir se révèlent souvent laborieuses, et l’articulation des subventions est d’une telle complexité que même les pros y perdent leur latin. Les dispositifs sont pléthoriques : MaPrimeRénov’, les certificats d’économie d’énergie (CEE), les aides locales, celles accordées par l’Agence nationale de l’habitat (Anah) ou aux salariés du secteur privé… Certaines se cumulent, mais avec un écrêtement ; d’autres, non. Et, en cas de reste à charge, il existe également l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) pour boucler le financement tout en ménageant votre budget. Pour chiffrer précisément les aides potentielles, mieux vaut solliciter un conseiller du réseau Faire afin qu’il étudie le projet.
    Autre solution : vous adresser à une entreprise privée orchestrant les dossiers de rénovation de A à Z ou à un opérateur spécialisé (Efy, Primesenergie…). En outre, un simulateur en ligne – Faire.gouv.fr/aides-de-financement/simulaides – vous donnera une première idée des subventions auxquelles vous pouvez prétendre sur la base des devis établis par les professionnels.

    4- Choisir un artisan RGE

    Pour bénéficier des aides à la rénovation énergétique, le recours à une entreprise ou à un artisan labellisé Reconnu garant de l’environnement (RGE) est impératif. S’ils veulent décrocher cette certification, les professionnels doivent remplir les critères exigés par les organismes qui la délivrent (Qualibat, Qualitelec et Qualit’EnR). Il leur faut notamment prouver que leur structure dispose des compétences (diplômes, formations dans l’efficacité énergétique ou les énergies renouvelables…) et des moyens humains et techniques requis. Ou encore, qu’ils sont à jour de leurs assurances (de parfait achèvement, de responsabilité civile…).
    La certification RGE s’obtient par domaines d’intervention; il en existe 19 en 2021, contre 12 auparavant. Par exemple, l’isolation en comporte trois : une pour les murs par l’intérieur, une autre par l’extérieur et une pour les planchers. Attention ! Ce label ne garantit pas la fiabilité de l’entreprise. Le bouche-à-oreille ou le recours à des dispositifs locaux faisant appel à des professionnels ayant démontré leur savoir-faire reste préférable.
    Dans les autres cas, il convient de jauger le sérieux de la société en s’assurant que sa certification RGE est toujours active (le label a une validité de quatre ans) et qu’elle est autorisée à réaliser le type de travaux proposé sur l’annuaire de Faire.gouv.fr. Ce dernier n’étant pas mis à jour automatiquement, une seconde vérification peut être opérée auprès des organismes qualificateurs (sur leur site notamment).

    5- Faire jouer la concurrence

    Procurez-vous des devis établis par plusieurs professionnels et comparez-les. Ils doivent être très détaillés. Plus ils comportent de mentions, mieux c’est : numéro Siret et Siren, prix unitaire et descriptif des matériaux, coût total, tarif de la main-d’œuvre, TVA, coordonnées de l’assurance, domaine du label RGE… Autre point à vérifier : les matériaux proposés doivent répondre aux critères de performance énergétiques exigés pour toucher les aides – examinez leur marque et leur origine. Enfin, surtout si les sommes en jeu sont élevées, demandez à visiter les derniers chantiers menés à bien par l’entreprise, afin d’évaluer ses savoir-faire, voire de recueillir l’avis des clients sur la qualité de la prestation réalisée.

    Latest Posts

    À ne pas rater